Atmosphère terrestre et pression

Silverstar

CONTROLEUR AERIEN
Messages
23 048
Réactions
3 289
Points
3 507
Sans atmosphère terrestre la vie sur terre ne pourrait pas avoir lieu car c'est grâce a elle que nous respirons. Elle est l’enveloppe gazeuse entourant la Terre. Elle est composé de diazote, de dioxygène, d’argon, de dioxyde de carbone et de traces d'autres gaz en majorité du néon, de l’hélium, du krypton, du xénon et du radon. Atmosphère protège la vie sur Terre en absorbant le rayonnement solaire ultraviolet, en réchauffant la surface par la rétention de chaleur (effet de serre) et en réduisant les écarts de température entre le jour et la nuit. Il est difficile de déterminer l’épaisseur de l’atmosphère. En effet, plus on s’éloigne du sol, plus la densité des gaz atmosphériques devient faible.

L’atmosphère est divisée en couches et entre-couches d’importance variable de bas en haut :

  1. La troposphère qui est la couche dans laquelle nous vivons où se produisent les phénomènes météorologiques (nuages, orages, pluies) et les mouvements atmosphériques horizontaux et verticaux (vents) Elle est la partie la plus basse de latmosphère, commence à la surface du sol et sétend entre 6 km et 20 km, avec des variations dues aux conditions climatiques. C'est dans cette couche quévolue la majorité des aéronefs.
  2. La peplos qui se trouve dans la troposphère, c'est une couche sale en raison de son taux d’impureté très important (aérosol).
  3. La péplopause qui est la limite de la peplos dans la troposphère.
  4. La tropopause qui est la frontière entre la troposphère et la stratosphère.
  5. La stratosphère qui sétend de la tropopause jusqu'à environ 50 km.
  6. La couche d’ozone qui fait partie de la stratosphère, mais qui est considérée comme une couche en soi parce que sa composition chimique et physique est différente de celle de la stratosphère. Elle renvoie les rayons solaires et n’en laisse pénétrer que 50% dans la troposphère.
  7. La stratopause qui est la frontière entre la stratosphère et la mésosphère.
  8. La mésosphère qui sétend de 50 km à environ 8085 km, où la plupart des météorites se consument en entrant dans latmosphère.
  9. La mésopause qui est la frontière entre la mésosphère et la thermosphère. C'est le lieu le plus froid de la Terre, avec une température de −100 °C.
  10. La thermosphère qui sétend de 8085 km jusqu'à 640 km daltitude. ISS la station spatiale internationale orbite dans cette couche, entre 320 et 380 km daltitude.
  11. La thermopause qui est la frontière entre la thermosphère et l’exosphère.
  12. Lionosphère qui chevauche à la fois la thermosphère et lexosphère. Elle joue un rôle important dans lélectricité atmosphérique et forme le bord intérieur de la magnétosphère. Grâce à ses particules chargées, elle propage les ondes radio sur la Terre. Elle est le lieu où se déroulent les aurores et les phénomènes lumineux transitoires liés aux orages.
  13. Lexosphère qui sétend de 5001 000 km jusqu'à plus de 10 000 km daltitude. Elle contient des particules circulant librement et qui migrent ou proviennent de la magnétosphère ou du vent sol'aire.
  14. La magnétosphère qui agit comme un écran et protège la surface terrestre des excès du vent solaire, nocif pour la vie.

La pression atmosphérique est la pression quexerce le mélange gazeux constituant latmosphère terrestre sur une surface quelconque (au niveau de la mer, du sol ou d'une surface isobare dont la pression atmosphérique est égale en tout point ). Elle se mesure à laide d'un baromètre, d'un hypsomètre ou d'un altimètre, et son unité de mesure est le pascal (Le pascal étant une unité relativement petite par rapport aux valeurs usuelles, on utilise souvent ses multiples dont lhectopascal (1 hPa = 100 Pa). La pression atmosphérique moyenne au niveau moyen de la mer est de 1 013,25 hPa même si celle-ci peut évoluer avec la masse moyenne des gaz à concentration variable comme la vapeur d'eau.


Atmosphère normalisée

Il existe plusieurs modèles datmosphère normalisée lorsque lon sintéresse à des variations notables daltitude, mais la plus utilisée est l ICAO ISA (Organisation Météorologique Mondiale/ Atmosphère Standard Internationale) qui couvre latmosphère jusqu'à 262500 ft (80 km). Elle permet de calibrer les instruments de bord des aéronefs et aide à concevoir et faire des essais sur les aéronefs.

On peut définir lAtmosphère Standard Internationale par :

  • Une température au niveau moyen de la mer (MSL) de 15° Celsius.
  • Une pression au niveau moyen de la mer (MSL) de 1013.25 Hectopascal.
  • Une densité au niveau moyen de la mer (MSL) Ï=1.225 kg/m3.
  • Un gradient thermique adiabatique de -6,5° Celsius/km jusqu'à 11 km.
  • Une température constante de -56,5° Celsius jusqu'à 20 km.
  • Un légère augmentation de température de 1° Celsius/km jusqu'à 32 km.

Déviation ISA

La déviation ISA permet de connaitre la différence entre la température actuelle et la température ISA car les avions qui évoluent entre 0 km et 12 km ont une température absolu.
La déviation ISA = Température actuelle Température ISA

Quelques exemples avec le tabl'eau ISA en ° Celcius :

Si je vole à 3000 pieds (914m) je suis dans la Troposhère et si je regarde le tabl'eau ma température ISA pour cette altitude est de +9,1° et si ma température actuelle est de +20° alors la déviation ISA = +9,5° - (+20°) soit +10,5°.

Si je vole à 27000 pieds (8 km) je suis dans la Tropopause et si je regarde le tabl'eau, ma température ISA pour cette altitude est de -38,5° alors que la température actuelle est de -45° alors la déviation ISA = -38,5° - (-45°) soit +6,5°.

En aéronautique il existe 3 paramètres de vol :

  • QNH qui est la pression au niveau de la mer. Permet de mesurer l'altitude.
  • QFE qui est la pression au niveau du sol. Permet de mesurer une hauteur. Utilisé près d'un aérodrome, ce calage permet de décoller et datterrir.
  • QNE ou calage au FL qui est calage utilisé par tous les aéronefs en croisière. La référence étant identique pour tous, elle permet déviter les accidents.
 

Grandeur physique mesurée à  laide d'un thermomètre, la température est reliée aux sensations de froid et de chaud, provenant du transfert thermique entre vous et votre environnement. Les particules qui composent un système matériel sont en vibration permanente et possèdent donc une certaine énergie cinétique. La température est une mesure indirecte du degré dagitation microscopique des particules. Un espace vide de matière mais dans lequel de la lumière se propage peut être associer à  une température qui mesure l'énergie moyenne des particules qui le constituent. Lorsque deux corps entrent en contact, ils échangent spontanément de la chaleur.

Les molécules en agitation permanente se déplacent à  grande vitesse et se heurtent sans cesse, c'est le mouvement Brownien. La température est donc une grandeur qui caractérise l'état dagitation des molécules. Si on apporte de la chaleur au fluide en le chauffant le mouvement Brownien des molécules saccélère et la température augmente. A linverse si le fluide perd de son énergie le mouvement se ralentit et la température diminue. Si le mouvement brownien est complètement arrêter alors le fluide serait à  une température proche du zéro absolu.

Quelle différence entre température et chaleur?

Prenons une exemple, je prends une casserole avec de l'eau que je pose sur mes plaques vitrocéramique. Je vais donc apporter de la chaleur à  cette eau, qui va dans un premier temps augmenter la température de l'eau puis va la faire bouillir. Même si je laisse la casserole sur la plaque pendant que l'eau bouille, la température de l'eau restera constante, mais cette apport continuelle de chaleur sert à  quoi? En faite cet apport sert à  transformer l'eau en vapeur et non plus a augmenter la température.

En aéronautique la température est importante car en fonction de la densité de l'air dû à  un air chaud par exemple, les paramètre au décollage seront différents car la portance est plus faible. La masse au décollage qui dépend aussi de la pression atmosphérique, de la longueur de la piste, du vent et d'autres facteurs sera calculé avec une prévision de température émis par les services métrologiques afin déviter par exemple que l'avion soit trop lourd au décollage.

En altitude connaitre la température permet de déterminer les quantité de carburant à  emporter pour réaliser le vols en plus des distances, déroutes et conditions climatiques notamment le givre, phénomènes très dangereux en aéronautique.
Au cas où la température au niveau de vol est très froide notamment pour les voles trans-océanique ou polaire, on peut atteindre le point de congélation du carburant si l'avion n'est pas équipé de rechauffeurs de carburant.

On peut observer des variations de température dans des conditions idéales (ciel clair et vent calme) :

Une température minimum environ une demi heure après le lever du Soleil
Une température maximale environ deux heures après le passage du Soleil dans le plan méridien

Les variations accidentelles

Il sagit de variations de températures qui intervienne par hasard pendant la journée et sont due à  diverses causes :

  • variation dans la couverture nuageuse
  • variation dans les précipitations
  • variation dans la force ou lorientation du vent
  • variation dans les changements de masse d'air

Les inversions de température

  • Inversion nocturne dans une couche proche du sol qui se refroidit durant la nuit en rayonnant, refroidissant ainsi l'air à  son contact (sol continental + ciel clair ou peu de nuages + vent faible + anticyclone ou marais baro).
  • Inversion frontale est la présence d'air chaud en altitude.
  • Inversion de subsidence est une masse d'air anticyclonique qui saffaisse sur elle-même.
  • Inversion tropopause toujours présente entre 7 et 15 km dû au fait qua une certaine altitude la température cesse de décroître.
  • Inversion de vallée dû à  la stagnation de l'air froid au fond et du peu de réception de rayon de soleil.
  • Inversion de couche turbulente souvent au sommet d'une couche atmosphérique turbulente.

Echanges de chaleur dans l'air

  • Par rayonnement dondes électromagnétiques venant du Soleil.
  • Par conduction le long d'un corps ou d'un corps à  un autre sils sont en contact. Le métal est un bon conducteur, le bois lai beaucoup moins.
  • Par convection uniquement possible dans un fluide (gaz ou liquide) chauffé à  sa base. Certaines plus chaudes ont tendance à  monter et sont remplacer par du fluide plus froid qui séchauffera à  son tour créant ainsi des cellules convectives.
  • Par advection de chaleur sensible par l'arrivée d'une masse d'air chaud transporter d'un point à  un autre par des courants atmosphériques ou marins (Gulfstream, Humbolt).
  • Par advection de chaleur latente c'est la quantité de chaleur qui permet le passage de l'eau en vapeur dans les océans.
  • Par turbulence lorsquelle est appliqué dans une couche atmosphérique.


Échelles

L'échelle de température la plus répandue est le degré Celsius, dans laquelle la glace (formée d'eau) fond à  0 °C et l'eau bout à  environ 100 °C. Dans les pays utilisant le système impérial (anglo-saxon) d'unités, on emploie le degré Fahrenheit où la glace fond à  32 °F et l'eau bout à  212 °F. Lunité du zéro absolu, est le kelvin dont la graduation est presque identique à  celle des degrés centigrades.

Lunité légale de température dans le système international est le kelvin de s'ymbole K (absence du s'ymbole ° car ce n'est pas une échelle de mesure).

Le Kelvin est défini à  partir du point triple de l'eau : un kelvin est égal à  1/273,16 fois la température du point triple de l'eau. Le zéro absolu, correspondrait à  la limite à  une absence totale dagitation microscopique et à  une température de −273,15 °C mais on ne peut jamais latteindre. Cette unité permet de définir une échelle absolue des températures.

Le Celsius auquel on retire 273,15 K. Son unité est le °C. Elle est une simple translation de l'échelle absolue donc 0 °C = 273,15 K.

Le Fahrenheit attribue une plage de 180 °F entre la température de solidification de l'eau et sa température débullition. Elle fixe le point de solidification de l'eau à  32 °F et le point débullition à  212 °F.

En météorologie, la température souvent T° parle de température éolienne, pour exprimer la température ressentie sous l'effet du vent, aussi connue sous température subjective, impression de chaud ou froid, ou encore température au vent.

La température sèche correspond à  la température classique donné par un thermomètre mais protégé de lhumidité et des radiations.

On mesure la température humide avec un thermomètre sur lequel de l'eau sévapore. On utilise généralement de la mousse mouillée que lon ventile. La température humide est toujours inférieure à  la température sèche ; elles sont d'autant plus égales que lhumidité relative est proche de 100. Linstrument utilisé pour mesurer simultanément températures sèche et humide est le ps'ychromètre.

Le point de rosée est la température à  laquelle l'air doit être refroidi pour que se produise la saturation. Ne pas confondre point de rosée et température du thermomètre.
 
Une masse d'air est une zone de l’atmosphère où les conditions de température, de pression et d’humidité sont homogènes. Les dimensions et les déplacements des masses d'air varient sur des milliers de kilomètres.

On distingue 4 zones d'origine :

  • Zones Polaires
  • Zones Continentales
  • Zones Maritimes
  • Zones Tropicales

Par exemple, en hiver une masse d'air arctique (air très froid et sec) peut se déplacer au-dessus de locéan, en faisant monter de la chaleur et de lhumidité de locéan plus chaud et devenant ainsi une masse d'air Pol'aire Maritime, un air qui est toujours assez froid mais qui contient de lhumidité. Si cette même masse d'air polaire se déplace vers l'intérieur des continents, elle prendra une partie de la chaleur de la terre, mais en raison du manque d'humidité il restera très sec. On a alors une masse d'air Pol'aire Continentale.

L'air Tropical au dessus des océans sont des masses d'air chaudes et très humides. Elles sont appelées masses d'air Tropicales Maritimes. L'air Tropical au dessus des zones continentales près des tropiques sont des d'air chaudes et mais sèches. Elles sont appelées masses d'air Tropicales Continentales. C'est le cas des masses d'air provenant du Sahara.

Ainsi, selon l'origine on distinguera :

  • L'air Arctique (cA)
  • L'air Pol'aire Continental (cP)
  • L'air Pol'aire Maritime (mP)
  • L'air Tropical Maritime (mT)
  • L'air Tropical Continental (cT)

Les masses d'air peuvent commander le temps pendant une période de temps relativement longue comme des jours ou des mois. La plupart des phénomènes météo se produisent à la périphérie de ces masses d'air, à leurs frontières appelées les Fronts.

Les fronts sont les frontières entre deux masses d'air. On classifie les fronts selon le type de masse d'air (froide ou chaude) qui en remplace une autre.

  • le front arctique 2 : sépare l'air continental arctique (cA) (au-delà de 60 degrés nord et sud) de l'air maritime arctique (mA)
  • le front arctique : sépare l'air maritime arctique (mA) de l'air continental polaire (cP) (entre 40 et 60 degrés de latitude).
  • le front maritime : sépare l'air continental polaire (cP) de celui maritime polaire (mP)
  • le front polaire : sépare l'air maritime polaire (mP) de l'air maritime tropical (mT)
  • le front chaud est la zone où l'air de la masse d'air la plus chaude est déplacée vers celle plus froide par les vents ;
  • le front froid est l'endroit où la masse d'air froid se déplace vers celle plus chaude.
  • le front stationn'aire est la limite entre de vastes masses d'air chaud et froid qui sont en contact entre elles sans produire de mouvements relatifs d'une grande portée car les vents dans chacune des masses d'air sont parallèles au front ;
  • le front occlus se développe lorsqu'un système météorologique sintensifie et que son front froid accélère de sorte qu'il rattrape le front chaud. Lorsque le front froid atteint le front chaud, l'air chaud devient de plus en plus pincé ou coincé entre les deux fronts en altitude ;
  • le trowal est le creux d'air chaud en altitude créé par le front occlus.

D'autres fronts plus locaux ont également des noms :

  • le front saharien : sépare l'air méditerranéen de l'air tropical sec ;
  • le front équatorial : sépare l'air tropical de l'air équatorial ;
  • le front des alizés : sépare l'air tropical maritime de l'air tropical sec du Sahara.

Sur les cartes météorologiques, les fronts sont représentée par des lignes comme indiquées dans le dessin ci-dessus





Les dépressions ou cyclones

La dépression ou cyclone est une région de faible pression par rapport aux autres pressions qui lentoure. Sur la carte ci dessus elle forme une figure plus ou moins circul'aire des isobares autour d'un point où la pression est minimum. Ce point en son centre est marqué d'un D, un T ou d'un L sur les cartes météorologiques. Les lignes noires continues sont les isobares sur lesquels on peut lire la valeur de la pression en millibars ou hectopascals. Une dépression prend n'aissance quand une masse d'air chaud est rejeté en altitude lorsquelle rencontre une masse d'air froid.

Les dépressions sont souvent associées au mauvais temps, car la dynamique qui entoure une dépression provoque des nuages et des précipitations. Les dépressions sont connues comme des cyclones et se divisent en cyclone tropical, cyclone sub-tropical, cyclone extratropical, cyclone polaire et dépression polaire. Les dépressions thermiques sont formées lorsqu'une masse d'air se réchauffe et se détend, contenant ainsi moins d'humidité et une faible pression sur le sol. Les dépressions dynamiques sont quand à elles dues à la circulation atmosphérique même. La circulation atmosphérique oblige certaines masses d'air à se détendre dans un flux ascendant et à salléger donnant ainsi des zones de basses pressions.

Les hautes pressions ou anticyclones

La haute pression ou anticyclone est une région de forte pression par rapport aux autres pressions qui lentoure. Sur la carte ci dessus elle forme une figure plus ou moins circul'aire des isobares autour d'un point où la pression est maximum. Ce point en son centre est marqué d'un A ou d'un H sur les cartes météorologiques. Les lignes noires continues sont les isobares sur lesquels on peut lire la valeur de la pression en millibars ou hectopascals. Une dépression prend n'aissance quand une masse d'air froid est rejeté vers le sol lorsquelle rencontre une masse d'air chaud.

Les anticyclones sont souvent associées au beau temps, car la dynamique qui entoure une haute pression provoque une augmentation de la pression de l'air et par conséquent de la chaleur. Les anticyclones thermiques sont formés lorsqu'une masse d'air se refroidit et se contracte exerçant une forte pression sur le sol. Ces anticyclones se forment surtout dans les masses d'air très froides près des Pôles. Les anticyclones dynamiques sont dues à la circulation atmosphérique même. La circulation atmosphérique oblige certaines masses d'air à se comprimer dans un flux descendant et à salourdir donnant ainsi des zones de hautes pressions et se forment n'importe où sur le globe.

Thalweg
Protubérance d'un cyclone d'une dépression. Les isobares semboîtent les unes dans les autres et forment une impasse. La pression décroit en allant vers la concavité. Généralement, un front froid se trouve dans l'axe du thalweg.

Dorsale
Protubérance d'une haute pression ou d'un anticyclone. La dorsale est constituée disobares en forment de U. La pression augmente en allant vers la concavité. Le temps est souvent beau dans ce genre de zone.

Col
Région située entre deux dépressions. Il sagit d'une zone de calme, les vents sont faibles et variables.

Marais barométrique
Région où les isobares sont espacées et désorganisées. Il sagit d'une zone où les vents sont faibles et très variables. La présence d'un marais barométrique peut définir une zone de mauvais temps stagnante.
 
La planète terre

Je vais vous parler de la planète terre de façon sommaire afin de mieux comprendre les raisons de certains phénomènes atmosphériques ou climatiques.

La Terre est une sphère aplatie aux pôles comparer aux autres planètes, son rayon moyen est de 6370Km. La Terre est une planète telluriques c'est à  dire quelle a une surface solide comme Vénus ou Mars par exemple, tandis que les planètes comme Uranus ou Neptune sont joviennes c'est à  dire totalement fluides.

Donc cette grosse sphère qu'est la Terre tourne autour d'un astre appeler le Soleil en 365,25 jours. le plan dans lequel est effectuer ce mouvement est nommée le plan de lécliptique. Donc c'est ellipse à  un rayon moyen de 149 millions de km, son point le plus proche du soleil est nommée le périhélie ( le 4 janvier) et le plus éloigné laphélie (le 2 juillet). la Terre parcourt son orbite à  une vitesse qui n'est pas constante donc le mouvement n'est pas uniforme. La vitesse saccélère quand la Terre se rapproche du Soleil et se ralentit quand elle sen éloigne.

La Terre tourne autour de l'axe de ses pôles en un mouvement uniforme qui a lieu dOuest en Est (rotation sidérale en 24h plus précisément 23h56 min et 4 sec) mais avance aussi sur son orbite (rotation s'ynodique).

Langle entre l'axe de rotation de la terre et la direction perpendicul'aire à  lécliptique (angle dobliquité de 23°) est responsable de linégalité jour/nuit (sauf en Mars et en Septembre où à  lieu léquinoxe), des saisons et de la hauteur du Soleil en été et en hiver.

Le solstice est la date où la longueur du jour (Juin) ou de la nuit (Décembre) est maximale. Souvent on entend dire "Solstice dété ou dhiver" mais ce terme n'est pas vraiment approprié car les saisons sont opposé d'un hémisphère à  l'autre c'est à  dire que quand c'est l'été dans lhémisphère Sud (austral), c'est lhiver dans lhémisphère Nord (boréal) donc il vaut mieux dire "Solstice de Juin ou décembre".

La pesanteur est la résultante entre la force dattraction universelle de Newton et la force centrifuge dû à  la rotation de la Terre.

La Terre est surnommée la planète bleue car les parties émergées représente 29% de sa superficie. Les masses continentales et océanique jouent des rôles très importants en raison de leur inertie thermique. Le sol continentale séchauffe très vite par exemple la journée avec le rayonnement du Soleil tandis que la nuit elle se refroidit tout autant alors que la masse océanique accumule la chaleur pour constituer des réserves qui feront naître les phénomènes météorologiques. A noter que l'eau présente dans latmosphère provient essentiellement de lévaporation des océans.

Les températures, les précipitations, linfluence maritime ou continentale, l'altitude, les vents, les courants marins, la période de lannée..., permettent de définir les grandes zones climatiques et les saisons.

Les océans représentent le principal réservoir de chaleur capturée et d'humidité. Ils léchangent principalement avec latmosphère. La position des courants marins et leur température de surface influent sur une grande partie du climat. Les continents et surtout le relief introduisent des barrières physiques à  ces échanges qui modifie grandement la distribution des précipitations, de la chaleur et de la végétation.

Il existe plusieurs sortes de climats :



Le climat équatorial (Amazonie, Congo, Indonésie)

Les rayons du soleil sont proches de la verticale et chauffent beaucoup la terre. Le soleil passe au zénith à  léquateur au moment des deux équinoxes de mars et septembre ce qui explique les maxima de température à  ces dates.

  • Températures : voisines de 25°C
  • Amplitude thermique annuelle : environ 2°C
  • Précipitations : abondantes de 2000 à  4000 mm par an et fréquentes
  • Les saisons : peu marquées
  • Végétation : forêt dense


Le climat tropical (Brésil, Amérique centrale, Antilles, Venezuela)

  • Températures : élevées et contrastées
  • Amplitude thermique annuelle : voisine de 10°C
  • Précipitations : variables de 500 à  1500 mm par an
  • Deux saisons : été chaud et sec, hiver frais et humide
  • Vents permanents : les alizés
  • Végétation : forêt moyennement dense et savane selon lhumidité


Le climat aride (Afrique, Australie, Arabie) ou encore climat désertique.

  • Températures : très élevées (jusqu'à  46°C)
  • Amplitude thermique annuelle : forte (36°C) et amplitude thermique diurne également forte
  • Précipitations : faibles et irrégulières : de 100 à  400 mm
  • Saisons été de 36°C à  46°C, saison hiver de 10°C à  15°C
  • Végétation : rare, steppe

Le climat chinois (côte est des USA, lest de la Chine)

  • Températures : elles peuvent augmenter ou chuter très brutalement.
  • Saisons : étés chauds et humides, hivers frais et phénomènes violents (tornades, t'yphons, ouragans).
  • Il est difficile de délimiter ce climat précisément, car il constitue en fait une combin'aison du climat continental.


Le climat de mousson (Sud-est asiatique, Inde) est une variante du climat tropical.

  • Températures : de 20 à  40°C
  • Amplitude thermique annuelle : moyenne
  • Précipitations : on passe de la sécheresse à  la pluie d'oeiluvienne. On peut aller jusqu'à  trouver 12000mm d'eau en quatre mois
  • Novembre à  mars: températures douces (20°C)
  • Avril à  juin: températures très élevées (de 30 à  40°C)
  • Juillet à  octobre: températures élevées (25°C) et pluies très abondantes
  • Végétation : forêt dense, savane


Le climat montagnard est un climat indépendant de la zone climatique.

  • La température diminue avec l'altitude (1°C tous les 100 mètres)
  • Amplitude thermique annuelle : forte
  • Précipitations : importantes, sous forme de neige avec l'altitude
  • Plus on monte en altitude moins il y a de végétaux.


Le climat méditerranéen (Afrique du Nord, Espagne, sud de la France, Californie, Australie).

  • Températures : contrastées
  • Amplitude thermique annuelle : forte denviron 15°C
  • Précipitations : irrégulières ; il y a moins de 100 jours de pluie par an et elles tombent surtout sous forme daverses brutales.
  • Les saisons : été chaud et sec, hiver doux pluies violentes au printemps et en automne
  • Vents violents : tramontane, mistral.
  • Végétation : forêt clairsemée, garrigue, maquis.

Le climat océanique (côte Atlantique de lEurope, côte Pacifique de lAmérique du Nord).

  • Températures modérées et peu contrastées : elles sécartent peu de la moyenne annuelle de 11° C.
  • Amplitude thermique annuelle : faible.
  • Précipitations : réparties tout au long de lannée.
  • Les saisons peu marquées : hiver doux , gel et neige rares ; été frais pluvieux.
  • Vents : violents, fréquents et de direction changeante.
  • Végétation : forêt à  feuilles caduques, lande, prairie.


Le climat continental (Russie, Amérique du nord, Norvège, Europe de lest)

  • Températures très contrastées : de - 20°C en hiver à  30°C en été.
  • Amplitude thermique annuelle : forte
  • Précipitations faibles : 400 mm par an. Elles tombent sous forme de neige en hiver et de pluies dorage en été.
  • Les saisons : hiver long et très rigoureux (t < 0°C; gel); été chaud et pluvieux ; printemps très court ; automne sec
  • Vents : violents en hiver
  • Végétation : taïga, prairie, steppe.

Le climat polaire (Alaska, nord du Canada, Grnland, Sibérie, Antarctique).

  • Températures : très souvent négatives. La moyenne m'ensuelle ne dépasse pas 10°C.
  • Amplitude thermique annuelle : très forte
  • Précipitations : peu abondantes et elles tombent uniquement sous forme de neige.
  • Les saisons : été très court
  • Vent très fort : blizzard
  • Végétation : toundra
 
Enfin lhumidité est la présence d'eau ou de vapeur d'eau dans l'air ou dans une substance.

Dans la nature l'eau peut se trouver sous 3 phases (solide, liquide et vapeur). Le passage d'une phase à  l'autre est appeler transformations thermodynamiques, elles permettent de libérer ou dabsorber une certaine quantité de chaleur latente.
La chaleur à  fournir pour un changement de phase est égale en valeur absolue à  celle fournie par le changement inverse. Cette chaleur permet par exemple le passage de l'eau des océans en vapeur (nuages).

Les transformations endothermiques absorbent la chaleur :

La fusion est le passage du solide au liquide (Lf chaleur de fusion 334 kilos joules/Kg qui permet le changement de phase et non l'augmentation de la température)
La vaporisation est le passage du liquide à  la vapeur (Lv chaleur de vaporisation 2501 kilos joules/Kg)
La sublimation est le passage du solide directement en vapeur (Ls chaleur de sublimation = Lf+Lv)

Les transformations exothermiques libèrent la chaleur :

La solidification est le passage du liquide au solide (opposé à  la fusion)
La liquéfaction est le passage de la vapeur au liquide (ou condensation)
La condensation solide est le passage de la vapeur directement au solide (opposé à  la sublimation)
 
Retour
Haut